Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
PRÉLIMINAIRE.

entourés de la vénération publique, ont à ce titre pris la place distinguée que leurs compatriotes leur avaient assignée depuis longtemps dans notre histoire, comme dans leur souvenir.

Par cela même que le Canada a été soumis à de grandes vicissitudes, qui ne sont pas de son fait, mais qui tiennent à la nature de sa dépendance coloniale, les progrès n’y marchent qu’à travers les obstacles, les secousses sociales, et une complication qu’augmentent, de nos jours, la différence des races mises en regard par la métropole, les haines, les préjugés, l’ignorance et les écarts des gouvernans et quelquefois des gouvernés. L’union des Canadas, surtout, projetée en 1822, et exécutée en 1839, n’a été qu’un moyen adopté pour couvrir d’un voile légal une grande injustice. L’Angleterre, qui ne voit, dans les Canadiens français, que des colons turbulens, entachés de désaffection et de républicanisme, oublie que leur inquiétude ne provient que de l’attachement qu’ils ont pour leurs institutions et leurs usages menacés, tantôt ouvertement, tantôt secrètement par l’autorité proconsulaire. L’abolition de leur langue, et la restriction de leur franchise électorale pour les tenir, malgré leur nombre, dans la minorité et la sujétion, ne prouvent-ils pas que trop, du reste, que ni les traités, ni les actes publics les plus solennels, n’ont pu les pro-