Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
26
DISCOURS

artificiel ; c’est le don de Dieu ; personne ne peut l’acquérir, et il est impossible de le perdre. »[1] Les six siècles de persécution, d’esclavage et de sang de l’Irlande sont une preuve mémorable des dangers de la dénationalisation, qu’on me passe ce terme, forcée et violente d’un peuple civilisé par un autre peuple civilisé.

Les hommes d’état éminens qui ont tenu le timon des affaires de la Grande-Bretagne après la cession du Canada en 1763, comprirent que la situation particulière des Canadiens, dans l’Amérique septentrionale, était un gage de leur fidélité ; et cette prévision n’a été qu’une des preuves de la sagacité que le cabinet de cette puissance a données en tant d’occasions.

Livrés aux réflexions pénibles que leur situation dut leur inspirer après la lutte sanglante et prolongée dans laquelle ils avaient montré tant de dévouement à la France, les Canadiens jetèrent les yeux sur l’avenir avec inquiétude. Délaissés par la partie la plus riche et la plus éclairée de leurs compatriotes qui, en abandonnant le pays, les privèrent du secours de leur expérience ; faibles en nombre et mis un instant pour ainsi dire à la merci des populeuses

  1. De la philosophie catholique en Italie, (M. Farrari). — Revue des deux Mondes.