Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
302
HISTOIRE

en 1646, où il fut salué à son arrivée par le canon de la ville et logé au château St.-Louis. Il passa une couple d’années en Canada. Aidé de quelques amis de la Nouvelle-Angleterre, il recommença la traite des pelleteries et visita la baie d’Hudson. La nouvelle de la mort de Charnisé l’ayant rappelé eu Acadie en 1651, il épousa la veuve de son ennemi et entra en possession de tous ses biens par l’abandon qu’en firent ses héritiers, recueillant ainsi l’héritage d’un homme qui avait passé sa vie à tramer sa perte. Mais ses menées avec les Anglais l’avalent rendu lui-même suspect à Mazarin ; et un nommé le Borgne, créancier de Charnisé, ayant obtenu un jugement en France, se fit autoriser à se saisir des héritages délaissés par son débiteur en Acadie, et cela à main armée s’il était nécessaire. Cet homme se crut en droit de s’emparer de toute la province. Il commença par attaquer M. Denis, qu’il surprit et qu’il envoya chargé de fers à Port-Royal, après s’être rendu maître de son établissement du Cap-Breton. Delà, il alla incendier le port de la Hève, où il n’épargna pas même la chapelle. Il faisait ses préparatifs pour attaquer la Tour au fort de St.-Jean, quand un événement inattendu vint l’arrêter