Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
305
DU CANADA.

nemi, cette péninsule ne lui paraissait de quelque prix que par sa situation géographique à l’entrée de la vallée du St.-Laurent, et par l’usage qu’elle en pourrait faire dans l’avenir comme station navale pour laquelle elle est en effet admirablement adaptée, afin d’observer les mers du nord-est de l’Amérique. En ayant donc ajourné indéfiniment l’établissement, depuis Henri IV cette métropole avait daigné à peine y jeter les yeux. L’usurpation de son autorité, la guerre civile, la trahison des traitans, elle souffrait tout ; tour à tour ces derniers appelaient l’ennemi dans cette contrée sans défense qui devenait toujours la proie du premier envahisseur.


Le commerce des fourrures et la pêche étaient les seuls appâts qui y attirassent les Français. Les traitans, fidèles au système qu’ils ont suivi dans tous les temps et dans tous les lieux où ils ont été, faisaient tous leurs efforts pour entraver les établissemens et décourager les colons. Charnisé, craignant qu’on n’éloignât la chasse et qu’on ne lui fit concurrence dans son négoce, ne fit passer personne en Acadie, et emmena les habitans de la Hève à Port-Royal, où il les tint comme en esclavage, ne leur laissant faire aucun profit, et maltraitant ceux qu’il croyait capables