Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
342
HISTOIRE

tinent républicain. Tant que le pape sera prince temporel, et surtout prince absolu, elle ne devra avoir rien à craindre, quoique d’ailleurs les doctrines dogmatiques de l’Église soient peut-être plus républicaines que monarchiques. La politique du pape en insistant pour que l’Église canadienne relevât de Rome, doit paraître aujourd’hui moins blâmable vu les révolutions et les changemens de maîtres auxquels sont exposées ces possessions lointaines. Le passage du Canada dans les mains des Anglais n’a entraîné aucune confusion dans ses affaires ecclésiastiques ; le résultat aurait pu être différent si le diocèse de Québec eût relevé d’une église métropolitaine de France.

Le nouvel évêque éprouva encore de l’opposition de la part du métropolitain de Rouen, qui regardait l’établissement du vicariat comme un démembrement de son diocèse.

D’après l’usage, les missionnaires, partant pour des pays lointains, prenaient leurs pouvoirs de l’évêque du lieu de l’embarquement ; et comme la plupart des partances pour le Canada étaient de Normandie, ceux qui s’en allaient évangéliser dans cette contrée s’adressaient à l’archevêque de Rouen, qui s’accoutuma à regarder insensiblement le Canada comme une partie de son diocèse. Les mêmes motifs avaient engagé le roi à mettre la jeune