Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
436
HISTOIRE

coloniales les gouverneurs qui travaillaient avec le plus de succès à l’agrandissement de ces importantes possessions. Quoique ses démêlés avec l’intendant fussent la cause immédiate et ostensible de la révocation de M. de Frontenac, il a été facile de se convaincre, en lisant l’histoire de son administration, que le pays était alors divisé en deux grands partis dont le gouverneur et l’évêque étaient les chefs, et qui prenaient pour cette raison les désignations de parti des laïques et de parti des ecclésiastiques. La lutte se continua toujours sous différens prétextes et sous différens noms ; et dans toutes les difficultés de M. de Frontenac, soit avec M. Perrot ou M. Duchesneau, soit avec M. l’abbé de Salignac Fénélon ou M. de Pétrée, l’influence ecclésiastique fut constamment mise en œuvre contre lui. Si cette lutte eût eu pour objet un intérêt purement colonial, l’amélioration politique et matérielle du pays, comme on prétendait qu’elle avait pour fin l’intérêt religieux, nous nous rallierions de bon cœur, comme Canadien, à ceux qui l’encourageaient ; mais comme elle ne produisit que du mal en semant la division partout, qu’elle ne fit que retarder le développement de la colonie en distrayant les habitans de travaux plus essentiels à leur bien être, enfin, qu’elle n’avait pour but que de satisfaire les prétentions plus