Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/509

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
511
DU CANADA.

mais il ne réussit dans aucune de ces tentatives. Dongan faisait alors en petit ce qu’on a vu faire depuis en grand à Pitt en Europe, il cherchait partout des ennemis à la France, ne pouvant la vaincre seul.

À la suite de l’entrevue d’Albany les cantons avaient attaqué les Outaouais dans l’anse de Sanguinam, sur le lac Huron, où ils faisaient la chasse ; et les traitans anglais s’étant présentés au poste même de Michilimackinac pendant l’absence de M. de la Durantaye qui y commandait, avaient publié qu’ils donneraient leurs marchandises à bien meilleur marché que les Français. Le gouverneur à cette nouvelle se décida d’attaquer sans délai les Tsonnonthouans, entremetteurs de toutes ces menées, et les plus mal disposés des cinq cantons contre nous.

Afin de tromper cette tribu sur les préparatifs que l’on faisait pour l’attaquer, le P. Lamberville fut renvoyé chez les Onnontagués avec des présens pour les chefs qu’il pourrait conserver dans l’intérêt des Français. La présence de ce missionnaire vénéré, qui ignorait et les projets du gouverneur et le rôle qu’il lui faisait jouer, dissipa tous les soupçons que les avertissemens de Dongan leur avait inspirés ; ils rappelèrent même les guerriers qu’ils avaient envoyés en course à la sollicitation de celui-ci. Dans le même temps les agens