Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/533

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
535
DU CANADA.

accompagnés d’illuminations à toutes les fenêtres des maisons de la ville, il fut complimenté le soir même par tous les corps publics, et surtout par les Jésuites, qui avaient travaillé avec tant d’ardeur quelques années auparavant pour le faire rappeler. Les nobles, les marchands, les habitans, les Sauvages alliés, tous l’attendaient depuis longtemps comme le seul homme qui pût sauver le pays ; il fut accueilli de manière à le convaincre qu’il est des temps où le génie triomphe des factions, des haines, des jalousies, et de toutes les mauvaises passions humaines.

L’administration du marquis de Denonville avait duré quatre ans. Il était venu avec une grande réputation de capacité. M. l’évêque de St.-Vallier n’avait pas pour lui assez de louanges ; malheureusement l’expérience vint bientôt donner un cruel démenti à tous ces témoignages adulateurs. L’état dans lequel il laissa le Canada sera toujours la mesure de ses talens, d’après laquelle on devra le juger. Il fut presque toujours malheureux dans ses actes ; il rechercha sans cesse l’amitié des tribus indiennes, et perdit leur confiance ; il fit de grands préparatifs de guerre et se trouva sans soldats au moment du danger. Il manquait de persévérance, de fermeté et de vigueur, et connaissait peu les hommes. On lui