Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
HISTOIRE

die, qui allait devenir le théâtre de la lutte, pourraient lui être utiles, comme en effet elles le furent à ce monarque. La colonie entière se serait rembarquée avec lui.

Ainsi finit le premier essai de colonisation fait par la France dans l’Amérique septentrionale il y a plus de trois cents ans, si l’on excepte toutefois celui du baron de Léry. C’est la guerre avec Charles-Quint qui amena l’abandon du Cap-Rouge : premier exemple du funeste effet du système politique européen des Français pour leurs possessions d’outre-mer.

Le nom de Jacques Cartier, immortalisé par la découverte du Canada, disparaît de l’histoire après ce voyage. Rien n’indique néanmoins que ce navigateur cessât de ce moment d’avoir des rapports avec l’Amérique. Si l’on en croit les représentations que firent ses ne-

    ment : « Le roi occupé à de grandes affaires qui pressaient la France pour lors, il n’y eut moyen d’envoyer nouveau rafraîchissement de vivres à ceux qui devaient avoir rendu le pays capable de les nourrir… et que le dit de Roberval fut mandé pour servir le Roi par deçà : car je trouve par le compte du dit Quartier qu’il employa huit mois à l’aller quérir, après y avoir (Roverval) demeuré dix sept mois. » Histoire de la nouvelle France par Lescarbot (1618). La relation de Roberval confirme cet historien en ce qui concerne ; la demande de vivres : — « Roberval renvoya en France deux navires… afin de donner avis au roi, et de revenir l’année suivante avec des victuailles et autres fournitures ainsi qu’il plairait au roi ».