Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
94
HISTOIRE

France, les navires, capitaines et matelots dont il pourrait avoir besoin ; à lever des troupes, faire la guerre et bâtir des villes dans les limites de sa vice-royauté ; à y promulguer des lois et les faire exécuter ; à concéder les terres aux gentilshommes, à titre de fiefs, seigneuries, baronnies, comtés, etc. Le commerce était laissé également sous son contrôle absolu.

Revêtu ainsi d’une autorité aussi despotique que vaine et imaginaire, il partit pour le Nouveau-Monde avec 60 hommes. Aucun marchand n’osa élever la voix contre le monopole accordé à ce seigneur, comme on l’avait fait contre les neveux de Cartier : son rang leur imposa silence.

Le marquis de la Roche, soit qu’il craignit la désertion de ses gens, composés de repris de justice, soit qu’il crut ce lieu plus à la main en attendant qu’il eût trouvé dans la terre ferme un territoire propre à son dessein, les déposa dans l’île de Sable. Cette île, en forme de croissant, étroite, aride et d’un aspect sauvage, ne porte ni arbres, ni fruits ; il n’y pousse qu’un peu d’herbe, et l’on n’y trouve qu’un lac d’eau douce au centre.

Après avoir ainsi débarqué ses colons sur cette terre désolée, entourée d’écueils battus par la mer, il passa en Acadie. En revenant, il fut surpris par une furieuse tempête qui le