Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
118
HISTOIRE

nement fit peu d’attention à Terreneuve, de manière que ceux d’entre eux qui s’y fixaient jouissaient à peu près d’une liberté absolue. Cela dura jusqu’en 1660. À cette époque le roi concéda le port de Plaisance à M. Gargot, qui reçut le titre de gouverneur, et qui dès qu’il se fut installé dans son poste, voulut soumettre les habitans à son monopole, et les obliger à lui donner une portion de leurs pêches en échange des provisions et des marchandises qu’il tirait des magasins du roi. Cet abus révolta les pêcheurs accoutumés à l’indépendance ; ils portèrent leurs plaintes au pied du trône. Le gouverneur fut rappelé et M. de la Poype nommé pour le remplacer. Plaisance était le principal établissement français de Terreneuve. Placé dans l’un des plus beaux ports de l’Amérique, au fond d’une baie qui a dix-huit lieues de profondeur, il était défendu par le fort St.-Louis construit sur la cime d’un rocher de plus de cent pieds d’élévation du côté droit du Goulet ou col qui forme l’entrée de la baie à une lieue et demie de la mer. Les Français avaient encore des établissemens dans les îles de St.-Pierre de Miquelon, au Chapeau-Rouge, au Petit-Nord et sur quelques autres points des côtes du golfe St.-Laurent.

La population y vivait de pêche et supportait