Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
180
HISTOIRE

qu’opposition de la part des Espagnols ; et les rapports d’amitié et d’intérêt qui s’établirent entre les deux royaumes au commencement du siècle mirent fin aux réclamations de la cour de Madrid.

Un grand nombre de Huguenots s’étaient établis dans la Virginie et dans plusieurs autres provinces anglaises depuis la révocation de l’édit de Nantes. Ils furent une grande acquisition pour la Caroline. Le Massachusetts leur donna le droit de représentation dans la législature. Ils fondèrent plusieurs villes maintenant florissantes. Ces malheureux, qui n’avaient pu perdre le souvenir de leur ancienne patrie, firent prier Louis XIV de leur permettre de s’établir sous sa protection dans la Louisiane ; ils l’assuraient qu’il aurait toujours en eux des sujets soumis, ils ne lui demandaient que la liberté de conscience ; que si elle leur était accordée, ils viendraient bientôt en grand nombre et rendraient en peu d’années ce vaste pays florissant. Louis XIV, qui s’attachait d’autant plus à son sceptre qu’il approchait du tombeau, refusa leur demande. « Le roi, écrivit Pontchartrain, n’a pas expulsé les protestans de son royaume pour en faire une république en Amérique.» Ils la renouvelèrent encore sous le duc d’Orléans, régent ; ce prince libertin et dissolu fit la même réponse que son oncle le feu roi.