Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
275
DU CANADA.

puissance de leur ancienne mère-patrie que cette mère-patrie elle-même. Les gouverneurs anglais, aveuglés par leurs préjugés religieux et nationaux, avaient d’abord mécontenté, par de mauvais traitement, les Acadiens, qui, dans leur désespoir, menacèrent d’émigrer. Mais lorsque ces gouverneurs virent la France former un nouvel établissement à côté d’eux, ils se hâtèrent de changer de conduite et de rassurer les colons qui allaient les abandonner. C’est ainsi que la Grande-Bretagne se conduisit envers les habitans du Canada en 1774. Voyant ses anciennes colonies prendre les armes contre elle, elle s’empressa de leur assurer l’usage de leur langue et de leurs institutions nationales, pour les empêcher de joindre les rebelles et les engager à défendre sa cause. Plus tard cependant, lorsqu’elle crut n’avoir plus besoin d’eux, elle les sacrifia ; et en cela elle ne fit que répéter ce qu’elle avait déjà fait à l’égard des malheureux Acadiens. Telle est la justice de la politique entre les mains de laquelle les colons, plus que tous autres, ne sont que des jouets, une marchandise.

Les Acadiens rassurés, comme on l’a dit, par les paroles des gouverneurs anglais, ne purent se résoudre à abandonner leurs terres sur lesquelles ils jouissaient d’une douce aisance, et se transmettaient depuis longtemps de