Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
274
HISTOIRE

sation de ce projet devint non seulement utile, mais d’une absolue nécessité.

L’on commença par changer le nom du Cap-Breton pour lui donner celui d’Île-Royale, qu’il n’a conservé que durant le temps qu’il est resté entre les mains des Français. L’on choisit ensuite pour quartier général le Havre à l’Anglais dont le nom fut aussi remplacé par celui de Louisbourg. Ce port situé au milieu d’un terrain stérile, ne pouvait être fortifié qu’à grands frais, parce qu’il fallait tirer les matériaux de fort loin. Bien des gens auraient préféré le port Ste.-Anne qui est plus spacieux, très facile à rendre presqu’imprenable, et entouré d’un pays abondant en marbre et en bois de commerce. M. de Costa Bella, qui venait de perdre son gouvernement de Plaisance cédé aux Anglais, fut chargé de commencer la nouvelle colonie et de jeter les fondemens de Louisbourg.

La France comptait moins sur l’émigration sortie de son sein pour peupler l’île et la ville qu’elle voulait fonder, que sur ses anciens sujets de l’Acadie et de Terreneuve. Elle crut que leur antipathie pour leurs nouveaux maîtres les engagerait à venir s’y établir ; elle les y invita même ainsi que les Abénaquis, comme s’il eût été raisonnable d’espérer que des colons feraient plus de sacrifices pour augmenter la