Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
286
HISTOIRE

des Canadiens. Ce petit peuple qui habitait l’extrémité septentrionale du Nouveau-Monde, sans avoir eu presque le temps de s’asseoir sur la terre qu’il avait défrichée, courrait déjà à l’aventure vers des contrées nouvelles ; ses enfans jalonnaient les rives du St.-Laurent et du Mississipi dans un espace de près de douze cents lieues ! Une partie disputait les bords glacés de la baie d’Hudson aux traitans anglais, tandis qu’une autre guerroyait avec les Espagnols presque sous le ciel brillant des tropiques. La puissance française dans l’Amérique continentale semblait reposer sur eux. Ils se multipliaient pour faire face au nord et sud. Partout pleins de dévouement et de bonne volonté, ils manient aussi bien l’aviron du traitant-voyageur, que la hache du défricheur, que le fusil du soldat. Ce tableau des Canadiens a quelque chose de neuf et de dramatique ; on aime à voir ce mouvement continuel qui les entraîne dans toutes les directions au milieu des forêts et des nombreuses tribus sauvages qui les regardent passer avec étonnement. Ils furent dans le Nouveau-Monde comme ces tirailleurs qui s’éparpillent dans un combat en avant d’une colonne dont ils annoncent la charge. Cependant ce tableau si pittoresque, ce système d’enlever ainsi les Canadiens à des occupations sédentaires et agricoles pour en faire