Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
301
DU CANADA.

plus nombreux que jamais ; on les embarquait en France avec une imprévoyance singulière. L’on n’avait pas à Biloxi assez d’embarcations pour suffire à les monter sur le Mississipi. Il y eut encombrement de population, les provisions manquèrent et la disette apparut avec toutes ses horreurs ; on n’eut plus pour vivre que les huitres que l’on pêchait sur le bord de la mer. Plus de cinq cents personnes moururent de faim, dont deux cents de la concession de Law. L’ennui et le chagrin en conduisirent aussi plusieurs au tombeau. La mésintelligence, la désunion, suite ordinaire des malheurs publics, se mit dans la colonie ; l’on forma des complots, et l’on vit une compagnie de troupes Suisses qui avait reçu ordre de se rendre à la Nouvelle-Orléans, passer, officiers en tête, à la Caroline[1].

Ce sont ces désastres qui engagèrent enfin à abandonner Biloxi, cette rive funeste, et la Nouvelle-Orléans devint définitivement la capitale de la Louisiane.

Il ne faut pas croire néanmoins que tant d’efforts, quoique mal dirigés, fussent sans fruit. Nombre d’établissemens furent commencés, réussirent et sont aujourd’hui des places considérables. Sans doute l’on eût pu faire mieux,

  1. Charlevoix : Journal historique.