Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
335
DU CANADA.

les Ouatchitas, un plus grand nombre errait dans le pays par bandes, ou se tenait à quelques journées du fort qui renfermait le gros de la nation, le Soleil et les autres principaux chefs, et devant lequel les Français vinrent asseoir leur camp. Intimidés par les seuls apprêts des assiégeans, ils demandèrent à ouvrir des conférences. Perrier retint prisonniers les chefs qu’on lui avait députés pour parlementer, et surtout le Soleil, qu’il força d’envoyer un ordre aux siens de sortir de leur fort sans armes. Les Natchés refusèrent d’abord d’obéir à leur prince privé de sa liberté ; mais une partie ayant obtempéré ensuite à ses ordres ; le reste, voyant tout perdu, ne songea plus qu’à guetter l’occasion d’échapper aux assiégeans, ce à quoi ils réussirent. Ils profitèrent d’une nuit tempêtueuse pour sortir du fort avec les femmes et les enfans, et ils se dérobèrent à la poursuite des Français.

L’anéantissement de ces barbares n’était pas encore complet. Il restait à atteindre et à détruire tous les corps isolés dont nous avons parlé tout à l’heure, lesquels pouvaient former une force d’à peu près quatre cent fusils. Lesueur s’adressa au gouverneur pour avoir la permission de les poursuivre, promettant de lui en rendre bon compte. Il fut refusé. M. Perrier n’avait pas dans les Canadiens toute la