Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/356

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
356
HISTOIRE

En 1725, ce gouverneur étant à Montréal y vit arriver quatre députés du Massachusetts et de la Nouvelle-York, MM. Dudley, Taxter, Atkinson et Schuyler, pour traiter de la paix avec les Abénaquis, dont plusieurs chefs se trouvaient alors dans cette ville. Après avoir remis une réponse vague à M. de Vaudreuil, qui avait demandé satisfaction de la mort du P. Rasle, les envoyés cherchèrent à entrer secrètement en négociation avec les Indiens ; mais ces derniers, inspirés par le gouverneur, repoussèrent cette proposition, et voulurent que l’on s’assemblât chez lui.

L’on y tint plusieurs conférences dans lesquelles furent discutées la question des limites et celle des indemnités. L’ultimatum des Sauvages fut qu’ils conserveraient tout le territoire à partir d’une lieue de Saco à aller jusqu’à Port-Royal, et que la mort du P. Rasle et les dommages faits pendant la guerre seraient couverts par des présens.

Les Français, en mettant en oubli dans cette occasion leurs prétentions sur les terres baignées par les eaux de la baie de Fondy, ne faisaient que reconnaître l’indépendance des Abénaquis, comme ils avaient fait celle des Iroquois. L’on remarquera ici, que les Européens dans leurs négociations relatives au territoire des Sauvages, n’ont jamais tenu