Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/435

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
436
HISTOIRE

entre Paris et Québec, à cette époque où le Canada exportait encore si peu, les espèces ne cherchèrent qu’à sortir du pays. C’est le commerce et non le souverain qui règle la valeur de l’argent ; le prix des marchandises monte ou baisse avec elle. L’expédient ne répondit point aux avantages qu’on s’en était promis. Le gouvernement eut alors recours à un papier qu’il substitua aux espèces, pour payer les troupes et les dépenses publiques. Ce fut là une décision des plus funestes pour notre commerce en ce qu’elle le priva d’un numéraire dont il avait besoin. Les premières émissions se firent après 1689. Le papier conserva son crédit quelques années, et les marchands le préféraient aux espèces sonnantes ; mais le trésor, dans les embarras de la guerre de la succession d’Espagne, n’ayant pu payer les lettres de change tirées sur lui par la colonie, ce papier tomba dans le discrédit et troubla profondément toutes les affaires. Les habitans, réduits au désespoir, firent dire au roi qu’ils consentiraient volontiers à en perdre une moitié si Sa Majesté voulait bien leur faire payer l’autre. Ce papier ne fut liquidé qu’en 1720 et avec perte de cinq huitièmes. Louis XV, se vit condamné à traiter avec ses pauvres sujets canadiens comme un spéculateur malheureux ; car c’était une véritable banqueroute,