Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/436

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
437
DU CANADA.

pronostic obscur de celle de 1758, qui devait peser si lourdement sur ce pays, et de cette autre si fameuse, celle qui compléta le grand naufrage de la monarchie en 1793.

La monnaie de carte fut abolie en 1717, et le numéraire circula seul avec sa valeur intrinsèque et sans augmentation de quart. L’on tombait d’un extrême dans l’autre ; car le numéraire étant frappé en France, le coût et les risques du transport de cette monnaie, etc., devaient nécessairement en augmenter la valeur ; cependant le mal était moins grand qu’en le fixant trop haut ; il dut prendre sa place dans l’échelle comme une marchandise, et tel qu’il doit être considéré dans un bon système monétaire.

L’usage exclusif de l’argent ne dura pas longtemps. Le commerce demanda le premier le rétablissement du papier-monnaie plus facile de transport que les espèces. L’on revint aux cartes avec les mêmes multiples et les mêmes divisions. Ces cartes portaient l’empreinte des armes de France et de Navarre, et étaient signées par le gouverneur, l’intendant et le contrôleur ; il y en avait de 1, 3, 6, 12 et 24 livres ; de 7, 10 et 15 sous, et même de 6 deniers ; leurs valeurs réunies n’excédaient pas un million. « Lorsque cette somme ne suffisait pas, dit Raynal, pour les besoins pu-