Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
460
HISTOIRE

attitude de leurs ennemis, il se passait à Louisbourg, dans le sein même du boulevard des Français, un événement qui les tranquillisa d’abord un peu, et qui ensuite leur donna probablement l’idée de venir attaquer cette forteresse. Cet événement qui aurait été grave dans tout autre temps, et qui l’était doublement dans les circonstances actuelles, est l’insurrection de la garnison qui éclata dans les derniers jours d’octobre 1744.

Cette garnison, faute d’ouvriers, était chargée de l’achèvement des fortifications. Dans les derniers temps, il paraît qu’on négligeait de payer le surplus de solde que ces travaux valaient aux soldats. Ils se plaignirent d’abord ; ils murmurèrent ensuite, sans qu’on en fît aucun cas. Alors ils résolurent de se faire justice à eux-mêmes, et ils éclatèrent en révolte ouverte.

La compagnie Suisse donna le signal. Ils s’élirent des officiers, s’emparèrent des casernes, établirent des corps-de-gardes, posèrent des sentinelles aux magasins du roi et chez le commissaire-ordonnateur Bigot, auquel ils demandèrent la caisse militaire sans oser la prendre néanmoins, et ils firent des plaintes très vives contre leurs officiers qu’ils accusaient de leur retenir une partie de leur salaire, de leurs habillemens et de leur subsistance. Ce