Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/538

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
539
DU CANADA.

fond et obscur, lorsque des Sauvages qui rôdaient le découvrirent et en informèrent le colonel Washington, qui arrivait dans le voisinage avec ses troupes. Celui-ci marcha toute la nuit pour le cerner, et le lendemain au point du jour il l’attaqua avec précipitation marchant comme à une surprise à la tête de son détachement. Jumonville fut tué avec neuf hommes de sa suite. Les Français prétendent que ce député fit signe qu’il était porteur d’une lettre de son commandant ; que le feu cessa et que ce ne fut qu’après que l’on eût commencé la lecture de la sommation que les assaillans se remirent à tirer. Washington affirme qu’il était à la tête de la marche, et qu’aussitôt que les Français le virent, ils coururent à leurs armes sans appeler, ce qu’il aurait dû entendre s’ils l’avaient fait. Il est probable qu’il y a du vrai dans les deux versions ; l’attaque fut si précipitée qu’il dût s’ensuivre une confusion qui ne permit pas de rien démêler ; mais s’il n’y a pas eu d’assassinat, on se demandera toujours pourquoi Washington avec des forces si supérieures à celles de Jumonville, montra une si grande ardeur pour le surprendre au point du jour comme si c’eût été un ennemi fort à craindre ? Ce n’était point certainement avec 30 hommes qu’il était en état d’accepter le combat. Quoiqu’il en soit, cet événement