Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
52
HISTOIRE

le golfe St. Laurent jusqu’à New-York, et de bloquer ensuite cette ville sans trop s’exposer pourtant en attendant les troupes qui devaient l’attaquer par terre. En second lieu le gouverneur, en arrivant à Québec, devait faire ses préparatifs avec le plus grand secret, et conduire lui-même les troupes par terre à la place qu’on voulait attaquer, après avoir chargé le chevalier de Vaudreuil de l’administration du Canada. Si l’entreprise réussissait et que la province de la Nouvelle-York tombât en son pouvoir, il devait y laisser la population catholique en prenant les mesures nécessaires pour s’assurer de sa fidélité ; garder prisonniers les officiers et les principaux citoyens qui pourraient se racheter par de bonnes rançons, et renvoyer tout le reste dans la Nouvelle-Angleterre et dans la Pennsylvanie. Le chevalier de Callières resterait gouverneur de la conquête. Comme on supposait que l’ennemi tâcherait de la reprendre, l’ordre avait été donné de brûler toutes les habitations jusqu’à une certaine distance autour de New-York, et de forcer les autres à payer une forte contribution pour se racheter. L’on reconnaît là le génie dur et impitoyable de Louvois, assez conforme d’ailleurs au système de guerre suivi à cette époque en Amérique.

Les courses que l’on ferait en même temps