Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/542

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
543
DU CANADA.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

fédérale pour que les avis, les trésors et les forces des diverses provinces fussent employés dans une juste proportion contre l’ennemi commun. Le gouvernement de la confédération dans laquelle entraient toutes les colonies devait être administré par un président nommé par la couronne, et par un grand conseil choisi par les diverses assemblées coloniales. Le président était investi de toute l’autorité exécutive, et le pouvoir législatif lui était déféré concurremment avec le conseil. Les pouvoirs de ce nouveau gouvernement devaient être de faire la paix et la guerre avec les Sauvages, de lever des troupes, fortifier les villes, imposer des taxes sous l’approbation du roi, nommer les officiers civils et militaires, etc. Un si beau projet fut rejeté pourtant par toutes les parties, mais pour des motifs différens ; par les colonies parcequ’il donnait trop d’autorité au président, et par la couronne parcequ’il en donnait trop aux représentans du peuple. Comme on l’a observé ailleurs, les guerres avec le Canada tendaient continuellement à réunir les provinces anglaises ensemble, et à en accoutumer insensiblement les peuples à regarder le gouvernement fédéral comme le meilleur pour tous. Le projet de la convention des gouverneurs ayant été rejeté, il fut résolu, faute d’un pouvoir central suffisant,