Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
57
DU CANADA.

Ce qui avait fait le plus de tort aux Français dans l’estime des Sauvages, c’est leur inactivité, qu’ils prenaient pour de la crainte. Le gouverneur fit dire à M. de la Durantaye, commandant à Michilimackinac, qu’il allait porter la guerre dans les colonies anglaises, et qu’il eût à en prévenir les Outaouais et les Hurons, auxquels il devait faire comprendre que les affaires allaient changer, et que la France allait prendre une attitude digne d’elle.

Sans attendre la belle saison, il mit trois expéditions sur pied au milieu de l’hiver (1689-90) pour fondre par trois endroits à la fois sur le pays ennemi. La première, commandée par MM. d’Aillebout de Mantet et Lemoine de Ste.-Hélène et composée d’un peu plus de 200 Canadiens et Sauvages, fut lancée sur la Nouvelle-York. Plusieurs gentilshommes en faisaient partie, et entre autres M. Lemoine d’Iberville, celui-là même qui avait pris deux vaisseaux aux Anglais dans la baie d’Hudson l’année précédente, et M. LeBert du Chêne. Ces hardis chefs de bande formèrent le projet d’attaquer Albany ; mais les Indiens, intimidés par l’audace de l’entreprise, refusèrent d’y aller. Il fut résolu alors de se rabattre sur Schenectady, situé à 17 milles d’Albany, et que les Français appelaient Corlar, du nom de son fondateur. L’on arriva le 8 février, dans la soirée, devant