Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
29
HISTOIRE DU CANADA.

Une autre question non moins importante fut encore agitée, celle du numéraire qui avait cours dans le pays. Il circulait des monnaies de toutes les nations en rapport avec l’Amérique. Une partie de ces espèces dépréciée par l’usure, entraînait dans les échanges des pertes considérables. Un remède était devenu nécessaire. M. Richardson, comme négociant, prit l’initiative et une loi fut rendue par laquelle on donna une valeur légale fixe aux monnaies d’or et d’argent frappées aux coins et aux titres du Portugal, de l’Espagne, de la France et des États-Unis, et on convertit la valeur des monnaies anglaises du sterling en cours du pays. Dans tous les temps le système de la comptabilité a été imparfait et vicieux en Canada, et il a toujours été fort difficile de débrouiller le chaos des comptes publics ; de là une partie des abus, des erreurs, des malversations des agens comptables. Toutes les lois d’impôts furent aussi réunies en une seule, pour simplifier les opérations de ces agens, et des mesures furent prises pour diminuer les frais de perception. L’acte passé pour deux ans, fut réservé à la sanction royale. Par une de ces anomalies dont l’on vit beaucoup d’exemples dans la suite, il resta si longtemps en Angleterre que lorsqu’il revint les deux ans étaient expirés.

Le gouverneur repassa en Europe dans l’été. Il organisa ou donna l’ordre avant son départ d’organiser un régiment canadien à deux bataillons comme l’avait suggéré Du Calvet. Mais ce corps fut licencié plus tard, peut-être par motif politique, la métropole jugeant qu’il n’était pas prudent d’enseigner l’usage des armes aux colons, et se rappelant que les États-Unis avaient préludé à la guerre de l’indépendance par celle du Canada dans laquelle ils avaient fait leur apprentissage.

Lord Dorchester avait convoqué aussi avant de déposer les rênes du pouvoir, les collèges électoraux pour procéder à une nouvelle élection générale. Le scrutin du peuple fut sévère, et plus de la moitié de la représentation fut changée. On remarquait parmi les nouveaux membres le procureur et le solliciteur général, MM. Sewell et Foucher. Plusieurs anciens membres furent repoussés à cause de leurs tentatives pour faire proscrire la langue française. Le général Prescott, qui remplaça lord Dorchester d’abord comme lieutenant-gouverneur et ensuite comme gouverneur-général, réunit la législature dans le mois de