Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome IV, 1852.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
44
HISTOIRE DU CANADA.

être l’obtenir ; mais tous n’en ont pas les moyens. Le despote ne connaît le peuple que par le portrait que lui en font les courtisans, et n’a d’autres conseillers qu’eux. Sous la constitution d’Angleterre, le peuple a le droit de se faire connaître lui-même par le moyen de la presse ; et par l’expression libre de ses sentimens, toute la nation devient pour ainsi dire le conseiller privé du gouvernement.

« Le gouvernement despotique toujours mal informé, est sans cesse exposé à heurter les sentimens et les intérêts du peuple qu’il ne connaît pas, et à lui faire sans le vouloir des maux et des violences dont il ne s’aperçoit qu’après qu’il n’est plus temps d’y remédier ; d’où vient que ces gouvernemens sont sujets à de si terribles révolutions. Sous la constitution anglaise où rien n’est caché, où aucune contrainte n’empêche le peuple de dire librement ce qu’il pense et où le peuple pense pour ainsi dire tout haut, il est impossible que de pareils inconvénients puissent avoir lieu, et c’est là ce qui fait la force étonnante de cette constitution qui n’a reçu aucune atteinte, quand toutes celles de l’Europe ont été bouleversées les unes après les autres.

« Les Canadiens comme les plus nouveaux sujets de l’Empire ont surtout intérêt de n’être pas mal représentés.

« Il n’y a pas bien longtemps qu’on les a vus en butte à de noires insinuations dans un papier publié en anglais, sans avoir la liberté de répondre. Ils ont intérêt de dissiper les préjugés, ils ont intérêt surtout d’effacer les mauvaises impressions que les coups secrets de la malignité pourraient laisser dans l’esprit de l’Angleterre et du roi lui-même. On leur a fait un crime de se servir de leur langue maternelle pour exprimer leurs sentimens et se faire rendre justice ; mais les accusations n’épouvantent que les coupables, l’expression sincère de la loyauté est loyale dans toutes les langues. »

L’apparition de ce journal marqua l’ère de la liberté de la presse en Canada. Avant lui aucune feuille n’avait encore osé discuter les questions politiques comme on le faisait dans la métropole. La polémique que souleva le Canadien fut conduite presqu’entièrement sous forme de correspondance anonyme. Il donna cependant un grand élan aux idées de liberté pratique,