Page:Garros - De la diète au point de vue thérapeutique.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


alimentaires qui composent le régime diététique dans les maladies, puis nous traiterons des effets généraux de la diète et de ses indications, enfin nous terminerons en exposant en peu de mots l’hygiène des animaux malades.

Historique. — Les anciens étaient loin d’ignorer les bons effets de la diète dans les maladies ; de tout temps, dès l’origine de la médecine, on a reconnu l’utilité du régime diététique. Hippocrate, dans ses écrits, lui accorde une grande importance ; il dit qu’une diète convenable contribue puissamment à conserver et à rétablir la santé ; mais cet auteur, ne parle que de ce qui a trait aux aliments et aux boissons.

Galien donne à la diète une signification bien plus large ; pour lui, elle comprend non-seulement les aliments et les boissons, mais encore tous les moyens hygiéniques qu’on peut mettre en usage pour rétablir la santé.

Bœrhaave, ennemi des médicaments composés, apportait au contraire toute son attention à l’emploi du régime diététique. Quelques drogues simples, la lancette, le fer et le feu constituaient toute sa thérapeutique.

Bourgelat, à l’exemple de Bœrhaave, rejetait aussi ces formules compliquées auxquelles les écuyers et les anciens hippiâtres accordaient de si grandes vertus ; ces derniers laissèrent complète-