Page:Gaston Phoebus - La Chasse, J-Lavallee, 1854.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 5 —

escorchier le cerf et de le bien deffere, et lever les droitz qu’ils apartiennent ; et de bien fere la cuyrée ; et de regarder quant chiens li faillent[1] de ceulx qui ont esté amenez le matin au bois, et de les aler quérir. Et quant il est à l’hostel, encore doit il estre moins ocieux et moins mal pensant ; quar il a assez à fere de penser de souper et de soy aisier[2], luy et son cheval ; de dormir et de reposer pource qu’il est las ; de soy ressuyer ou de la rousée du bois, ou par aventure de ce qu’il aura pleu. Ainsi dis-je que tout le temps du veneur est sans ocieuseté et sans mauvaises ymaginacions et pensemens. Et puisqu’il est sans ocieuseté et sans mauvaise ymaginacion il est sans males euvres de péchié. Car, comme j’ay dit, ocieuseté est fondement de tous mauvaises vices et péchiés, et veneur ne puet estre ocieux ; s’il vuelt fere le droit de son office, ne aussi avoir autres ymaginacions ; quar il a assez à fere à ymaginer et penser à fere son office qui n’est pas petite charge, qui bien et diligentment le vuelt fere, espécialement ceulx qui ayment bien les chiens et leur office. Donc dis je que puisque veneur n’est ocieux il ne puelt avoir males ymaginacions et s’il n’a males ymaginacions, il ne puelt fere males euvres ; quar l’ymaginacion va devant ; et s’il ne fet males euvres, il fault qu’il s’en aille tout droit en paradis. Par moult d’autres raisons qui seroient bien longues prouveroye je bien ceci ; mes il me suffist ; quar chascun qui a bonne raison scet bien que je m’en vois parmi le voir[3].

  1. Quant chiens li faillent, combien de chiens lui manquent.
  2. Aisier, rendre aise, accommoder.

    Mais sans plus d’un doux baisier,
    La belle me vouloit aisier.

    (Roman de la Rose, vers 2,500.)
  3. Le voir, le vrai. Je m’en vais parmi le voir, je suis dans le vrai. Voire est encore usité comme synonyme de vraiment. C’est dans ce sens que nous le trouvons dans cette vieille chanson :

    Êtes vous de Montigny ?
    Vraiment ma commère voire.