Page:Gaston Phoebus - La Chasse, J-Lavallee, 1854.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 21 —

sent assentir ; et tout ce fet il a les deux raysons susdites. Et quant il ne puet trouver rivières, il vet aux estancs et aux autres mares ou marrhès. Et s’il fuit de fort longe aux chiens, c’est à dire que il les ait bien esloinhés, il entrera dedans l’estanc et se bainhera un tour ou deux par tout l’estanc et puis s’en istra[1] arrière tout par là mesme où il est entré, et refuyra sus soy par la mesme où il est venu un tret d’arc ou plus, et puis se destourira[2] pour demourer et pour reposer ; et ce fet il pource qu’il scet bien que les chiens vendront chassant jusques à l’estanc par là où il est venu. Et quant ils ne trouveront qu’il aille plus avant, jamès n’iront chassant arrière par là où ils mêmes sont venus chassant, quar ils sentiront bien qu’ils y ont esté autrefois.

Un cerf vit plus longement que beste qui soit ; car il puet bien vivre cent ans ; et tant plus devient vieill et plus est biau et de corps et de teste, et plus luxurieux ; mais il n’est mie si viste, si legier, ne si puissant. Et dient aucunes gens, mais je ne l’afferme mie, que, quant il est très vieill, il bat du pied aucune serpent jusques tant qu’elle est courrouciée, et puis la menje et puis vet boire, et puis court sà et là ; et l’iaue et le venin se meslent et le fet geter toutes les males humeurs qu’il a au corps et li fet revenir char nouvelle.

La teste du cerf porte medecine contre adurcissement de nerfz et pour oster toute douleur, espéciallement quant elle est de froideur ; aussi font les meolles[3]. Ilz ont dedans le cuer un os qui porte medecine ; quar il conforte le cuer ; et trop d’autres choses a il en soy qui seroient longues pour escrire, qui portent medecine, et sont proufitables en diverses manières.

Cerf est plus sage en deux choses que n’est homme ne beste

  1. Istra, sortira, du verbe issir.
  2. Destourira, détournera.
  3. Meolles, moelles.

    Du Fouilloux dit, ch. XV :

    « La moelle et le suif du cerf sont fort bons contre les gouttes venues de froides causes. »