Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




TOUMADIR LA SOLAMIDE




Un jour, une réunion littéraire avait lieu chez le khalife Abd-el-Melik, qui régnait juste un siècle avant Haroun-el-Rachid ; un poète fameux, nommé Cha-by, était présent.

— Quelle est, à ton avis, la femme poète la plus remarquable du paganisme ? lui demanda le khalife.

— Seigneur, répondit Cha-by, c’est Toumadir la Solamide.

— Pourquoi lui accordes-tu le premier rang ?

— N’est-ce pas elle qui a dit : « Tout doit