Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naires : chacune d’elles portait deux briques, l’une d’or, l’autre d’argent ; de plus, Bilkis envoyait à Salomon une splendide couronne, du musc, de l’ambre, de l’aloès odorant, et un coffret soigneusement fermé. Elle joignit à cet envoi la lettre suivante :

« Si tu es mage, devine quels sont les envoyés que je t’adresse, et déclare ce que contient le coffret avant de l’avoir ouvert. »

Le cortège se mit en route et atteignit la plaine de Sana, dans laquelle Salomon campait. Les envoyés virent alors, sur un long espace, le sol pavé de briques d’or et d’argent, et tout à l’entour un mur à créneaux, alternativement d’argent et d’or. Dans le pavage il manquait des briques juste autant que les Sabéens en apportaient. Craignant qu’on ne les accusât d’avoir volé ces briques, ils se hâtèrent de les placer dans les cases vides.

Salomon découvrit aisément que les jeunes filles étaient des garçons et les jeunes garçons des filles, et il déclara que la boîte contenait