Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


disait Hérode, vois-tu ? elle est toute claire, toute transparente.

— Oui, toute transparente, répondait distraitement le jeune homme, qui regardait avec curiosité les mages et leurs conducteurs.

Mais ils s’éloignèrent vivement derrière un bosquet d’oliviers et, sans être interrogé, un des jeunes garçons expliqua ce qu’on venait de voir.

— C’est la reine Marianne, la première ; le roi l’a fait mourir, voilà bien longtemps ; mais il l’aime toujours, et l’a conservée dans du miel. La grotte était restée fermée, pourtant, depuis plusieurs années.

Quelques instants plus tard, Hérode rejoignait les rois mages dans une haute salle aux fines colonnettes tout incrustées de pierres rares et d’émaux.

Le roi de Judée touchait à ses soixante-dix ans ; il était d’une maigreur extrême, avec des chairs flétries, comme dégonflées et marbrées de rougeurs brûlantes ; une activité fébrile déréglait ses mouvements, et, quand il em-