Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ché et mis en pièces l’aigle d’or du Temple.

Un jeune étudiant posait, quand le roi entra, une question au Nassi.

— On enseigne, disait-il, qu’il y a six choses honteuses pour le savant. Quelles sont-elles, Maître ?

Et Hillel répondait :

— De sortir étant parfumé, de sortir seul la nuit, de porter des souliers raccommodés, de parler à une femme dans la rue, de s’attabler avec une compagnie d’ignorants, et d’entrer le dernier dans la salle d’étude.

— Pourquoi ne doit-il pas sortir étant parfumé ?

— Parce qu’il pourrait être pris pour un débauché.

Et Jacob-bar-Acha ajouta :

— Cette défense s’applique aux vêtements seuls et non pas au corps, que l’on parfume dans un but de propreté.

— Schammaï considère les cheveux comme un vêtement, fit remarquer Baba-ben-Bouta.