Page:Gautier - L’Orient, tome 1, Charpentier-Fasquelle, 1893.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
75
LA TURQUIE.

sa litanie derrière le mur de mosaïque.

Ce résumé historique, en condensant les faits, permet d’en saisir l’ensemble. — À mesure que l’on avance, la vieille barbarie asiatique s’adoucit sur le sol plus humain de l’Europe ; les fratricides politiques vont s’atténuant. Le meurtre même perd de sa férocité et ne se complaît plus, comme autrefois, dans les longues tortures ; depuis longtemps la porte du sérail n’a plus sa garniture de têtes, et l’on ne rencontre plus au coin des carrefours des cadavres décapités avec leur sentence clouée sur la poitrine ; le respect de la vie humaine vient même aux fauteurs du passé. Les lois se substituent peu à peu au caprice, et, contrairement à l’idée qu’on se fait du fanatisme musulman, nulle part la tolérance religieuse n’est plus largement pratiquée qu’à Constantinople, tous les cultes y ont leur église. — Les moines en costume circulent dans les rues, et nous-même nous avons assisté aux exercices des derviches hurleurs de Scutari, en compagnie de deux pères capucins, et cela en plein ramadan,