Page:Gautier - La Chanson de Roland - 1.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LVI


Tresvait li jurz, la noiz est aserie.
Carles se dort, li emperere riches ;
Sunjat qu’il ert as greignurs porz de Sizer :
720Entre ses puigns teneit sa hanste fraisnine ;
Guenes li quens l’ad de sur lui saisie ;
Par tel aïr l’ad estrussée e brandie,
Qu’envers le cel en volent les esclices.
Carles se dort, qu’il ne s’esveillet mie. Aoi.


LVII


725Après iceste, altre avisiun sunjat :
Qu’il en France ert à sa capele ad Ais ;
El destre braz li morst uns urs si mals ;
Devers Ardene vit venir un leupart :
Sun cors demeine mult fierement asalt.
730D’enz de la sale uns veltres avalat,
Que vint à Carle le galop e les salz,
La destre oreille al premer urs trenchat,
Iréement se cumbat al leupart.
Dient Franceis que grant bataille i ad,
735E il ne sevent li quels d’els la veintrat.
Carles se dort, mie ne s’esveillat. Aoi.


LVIII


Tresvait la noiz, e apert la clere albe.
Li Emperere mult fierement chevalchet,
Par mi cel ost suvent e menu reguardet.
740« Seignurs baruns, dist li emperere Carles,