Page:Gautier - La sœur du soleil.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Puis parurent successivement des officiers qui tenaient des armes de luxe et les lances princières ornées de plumes de coq ou de lanières de cuir ; des palefreniers conduisant des chevaux richement harnachés ; un samouraï, suivi de deux valets, qui tenait sur ses bras le chapeau sous lequel, lorsqu’il met pied à terre, le prince s’abrite du soleil ; un autre seigneur portant un parasol dans un fourreau de velours noir ; derrière eux, les serviteurs et les bagages de ces seigneurs défilèrent silencieusement.

Alors apparurent vingt-huit pages coiffés de chapeaux ronds, précédant la litière du prince. Ces pages se mouvaient d’une façon particulière ; ils lançaient à chaque pas un de leurs pieds en arrière, en l’élevant aussi haut que possible, et jetaient en même temps une main en avant, comme s’ils eussent voulu s’élancer à la nage.

Enfin, le norimono du seigneur approcha, porté par huit hommes qui s’avançaient a petits pas, soutenant dans la paume de leur main l’unique brancard passant comme un arc au-dessus du palanquin, et qui l’autre main étendue semblait vouloir imposer silence et exprimer une crainte respectueuse.

Sur la laque noire piquée de clous dorés dont les parois du norimono étaient recouvertes on voyait les insignes du souverain de Nagato : trois boules surmontées d’une barre. L’intérieur de ce grand coffre était tapissé de brillantes étoffes de soie, et, sur un matelas recouvert d’un tapis de velours, le prince, étendu, feuilletait un livre.

Le norimono passa et le cortège se termina par une foule d’écuyers, de pages, de porteurs de bannières qui marchaient dans un ordre parfait en gardant le plus profond silence.