Page:Gautier - La sœur du soleil.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fois un tel otage entre ses mains, nous ne serions plus que les esclaves de Hiéyas.

— C’est vrai, s’écria le général Harounaga, on ne peut songer à cela.

— Nos murs démolis, nous sommes sans défense. La guerre valait mieux qu’une paix semblable, reprit Yoké-Moura.

Il eût volontiers envoyé Yodogimi, il s’inquiétait peu d’une femme.

— Hiéyas a spécifié, dit quelqu’un, que les fossés devront être comblés de façon à ce que les enfants de trois ans puissent y descendre et en remonter sans peine.

— Dix mille ouvriers devront en toute hâte abattre les murailles, dit un autre.

Yoké-Moura soupira.

— Il faut accepter cela, dit le siogoun, nous y gommes contraints. À la moindre velléité de guerre, nous relèverons les murs, nous recreuserons les fossés.

— Puisque tu l’exiges, dit Yoké-Moura, je me range à ton avis ; démolissons la forteresse.

— C’est le général Signénari que je charge d’aller dans le camp de Hiéyas, afin d’échanger les traités de paix ; il me représentera dignement et, j’en suis sûr, saura se conduire noblement dans cette affaire délicate.

— Je m’efforcerai de mériter la confiance que tu me témoignes, dit Signénari. J’attends tes ordres pour le départ.

— Tu as à peine essuyé le glaive qui vient de châtier la province de Toza, dit le siogoun, si tu as besoin d’un jour de repos, prends-le.

— Je partirai ce soir, dit Signénari.