Page:Gautier - Le Collier des jours.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

piquante, vers lequel le jeune homme s’élance pour cueillir un frais bouton ; mais l’audacieux reçoit une flèche, décochée par l’Amour, et tombe sans avoir pu saisir la fleur. Il est contraint de donner son cœur en gage, à l’Amour, qui l’enferme dans un coffre, à triple tour de clef. Ah ! je ne comprenais pas ! Je grillais d’envie d’aller redire le conte aux tantes incrédules, mais je jugeais plus malin de me taire et de faire la bête, afin qu’on ne me reprit pas le livre.