Page:Gautier - Le Dragon Impérial, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais un jour, pendant que la cigogne, perchée sur la balustrade, lissait ses ailes, familièrement, à côté de Ko-Li-Tsin, une flèche habilement lancée vint la frapper, et elle tomba en tournoyant au pied de la tour. Ko-Li-Tsin poussa un cri de colère et de douleur : il se pencha rapidement, et vit dans la petite rue quelqu’un qui ramassait l’oiseau et s’enfuyait en l’emportant. Plein de rage, il lança vers le fuyard toutes les tasses et tous les plats qui couvraient sa table. Mais la porcelaine se brisa sur les dalles de la rue sans atteindre le ravisseur, qui disparut avec la cigogne. Ko-Li-Tsin sentit alors toute l’horreur de la prison : pour la première fois il fut pris d’un désir farouche de liberté. Jusque-là il avait eu patience, se disant que ses amis travaillaient dans l’ombre, que Yo-Men-Li avait sans doute rejoint Ta-Kiang, et que celui-ci, triomphant bientôt, viendrait le délivrer. Il était presque heureux, au milieu du ciel clair, composant des vers sur la lune et sur les cigognes, bercé la nuit par les vents mélancoliques de l’automne, songeant parfois à son poème philosophique et à la fille du gouverneur du Chen-Si, qu’il revoyait, dans des rêves pleins de bambous, derrière le papier rosâtre d’une fenêtre imaginaire. Mais l’absence de son compagnon ailé changea sa résignation en impatience et sa tranquillité en tristesse ; il songea alors que, pendant qu’il était prisonnier et inactif, ses amis réunissaient des armées, organisaient des batailles, conquéraient des villes, et que toutes ces choses glorieuses se faisaient sans lui. Il fut pris de désespoir, et finit par se demander pourquoi les sol-