Page:Gautier - Le Dragon Impérial, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette armée maudite et fais subir mille supplices au chef exécrable des rebelles.

— Je le ferai, dit Kang-Shi.

— Que chaque goutte du sang de ton fils soit payée d’un lac de sang ! continua la Tartare.

L’empereur soupira longuement.

— Oui, dit-il. Toi cependant, mère au cœur rouge, va pleurer auprès de l’espoir déçu, secourir l’avenir qui croule, consoler le fils qui meurt avant le père.

Puis le grand empereur, plein de souci, s’éloigna pour aller se livrer, selon les rites, au jeûne et aux macérations, avant de signer les sentences de mort.