Page:Gautier - Le Dragon Impérial, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poètes de Pei-King. Lentement un parasol ouvert à la main, ils y marchent d’un pas mesuré, balançant la tête au vent de leur rêverie, souriant à l’inspiration, et quelquefois suivant d’un regard tendrement attentif une chaise à porteurs fermée d’un léger rideau de soie, où l’indiscrétion des brises leur a permis d’apercevoir un mystérieux et doux visage. L’allée s’achève tout à coup dans un blanc carrefour pavé de marbre, devant un mur énorme, face méridionale du rempart carré qui enserre la Cité Jaune ; mais ce mur ne limite pas la Cité Tartare, car la belle Route de la Tranquillité s’éloigne, en le longeant d’abord, de l’est et de l’ouest de la place, et, de chaque côté, va rejoindre, au delà du point où il se dérobe en un brusque angle droit, une avenue parallèle à l’Allée des Poètes, non moins large, et prolongée interminablement. Ainsi la ville, refoulée à son centre, a deux ailes immenses : elle ressemble à un corps sans tête qui étendrait les bras. Le quartier occidental est triste ; ses constructions sont anciennes et ses habitants peu nombreux ; la grande Avenue de l’Ouest n’offre elle-même qu’un aspect monotone et morne, avec ses longs murs de jardins, qu’interrompent des édifices en ruines. C’est dans ce quartier que séjourne la population mahométane de Pei-King ; une mosquée s’y élève, non loin de la pagode des Piliers de l’État, où l’on conserve, gravée sur des tablettes de jade, l’histoire des plus glorieux empereurs, et de la Pagode Blanche, antique monument tombé. Mais à l’orient la ville rit, moderne et remuante. Elle n’a pas, quoique