Page:Gautier - Le Dragon Impérial, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vers la partie la plus obscure du grand lac. Enfin, quand il n’entendit plus rien, quand il ne vit plus rien, il se laissa choir dans le fond de l’embarcation, exténué, et brusquement, comme on tombe dans un trou, s’endormit.