Page:Gautier - Le Vieux de la montagne, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et, pour échapper au désir d’appuyer sur ses lèvres le voile aérien, tout embaumé, il se recula brusquement, en disant d’une voix brisée :

— Il n’y a pas d’autre issue ; c’est irrémissible… Elle doit mourir.