Page:Gautier - Le Vieux de la montagne, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


autour de lui, et il s’affaissa, râlant. Le roi avait couru à lui.

— Milon !… Quoi !… il est mort ?

— Oh ! Sainte Vierge ! Mort ! mon mari ! s’écria Tiennette, avec plus de surprise que de douleur.

Sybille ramassa le poignard, qu’un flot de sang avait rejeté hors de la blessure.

— « Le Khâlife de Dieu ! » Comme d’habitude, le meurtre est signé.

Raymond de Tripoli accourait, tout ému.

— Sire, dit-il, le noble templier Gauthier du Mesnil est mortellement blessé.

— Ah !… lui aussi !

— Il a demandé un prêtre, et l’évêque Guillaume est près de lui.

— Ah ! c’est la guerre, cette fois, s’écria le roi. Il n’y a plus à hésiter, car ceci est intolérable. Un parent ! un hôte ! égorgés tous deux dans mon camp !… Il faut venger un pareil outrage, ou mourir. « Dieu aide son Sépulcre ! »

Et Amaury fit aussitôt crier un ban, pour assembler le conseil, afin de décider qu’on mît le siège à l’instant devant le château.

Mais, dans le camp en rumeur, l’alarme était à peine répandue, que la nouvelle courut qu’une