Page:Gautier - Le Vieux de la montagne, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pèlerin français. Tu n’étais pas de ce monde quand on a pris la ville et que celui-ci est mort !

— Ose donc dire qu’on n’a pas gratté l’inscription, qui était sur le tombeau, pour la recouvrir d’une autre et cacher ainsi la vérité sous le mensonge !

— C’est toi qui mens.

— Ce tombeau est celui de Wigger ; c’est là la vérité ; mais elle ne plaît à personne.

— Il ne nous gêne guère, pourtant, ton Wigger, dont la valeur n’est connue que de toi.

— Il vous gêne si bien que vous effacez son nom pour mieux vilipender les Allemands et exalter les Français. Ce nom était la preuve que ceux de notre nation marchaient les premiers au combat.

— Ah ! ah ! ils se sont donc envolés après la victoire, ces vaillants chevaliers, sans rien réclamer du butin ? Car pas un carré du sol n’est à eux dans Jérusalem.

— Parce qu’ils n’ont rien demandé, tant ils avaient hâte de regagner leur pays. Aussi l’on a tout distribué aux Français, aux Normands