Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À Genève, le gouvernement vous recommande, à la porte de la ville, de voir ci derrière ; ce qui est beaucoup, dans une ville protestante, où, pour humilier les catholiques, et leur montrer qu’ils ne sont que des payens sensuels, les femmes se rabotent le cul et les tétons avec la varlope de la modestie, selon la méthode américaine.

Nous avons fait tous nos efforts pour voir ces douze fesses prescrites par l’autorité, et nous n’en avons vu que quatre, sur la corde raide, séparées par un périnée plafonnant, et formant, sous la jupe de deux jeunes saltimbanques allemandes, deux culs rebondis, qui ne devaient pas être désagréables dans le tête à tête.

Ne sachant pas l’allemand, il nous a été impossible de prendre langue avec ces derrières, dont l’un était digne de la Mignon de Goethe, parce qu’il ne l’était pas, mignon.