Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur le carreau, et un millier d’hommes éclopés demandent les capucins pour Invalides. Les Romaines nous ont blessé plus de monde que les Romains ; c’est dommage, car elles sont outrageusement belles, d’une beauté lourde, compacte, massive, mais incontestable.

Elles sont énormes, et semblent descendues des piédestaux du Musée. Vingt enfants tiendraient à la fois dans leurs flancs robustes ; il faudrait des corsets garnis de fer, pour contenir leurs gorges orgueilleuses.

L’histoire de la mère de Béatrice Cenci, à qui l’on ne pouvait couper la tête, parce que ses tétons, gros comme des bombes, l’empêchaient d’appuyer son cou sur le billot, (et qui m’avait toujours paru singulière), se comprend parfaitement ici : ce n’est pas la grande tétasse avalée et brimbalante de Rubens, le grand baquet de colle à la flamande, qui tremble à