Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’argent, comme un mur d’Église, comme un discours d’académicien, et montre son cul à la société, qui est libre de la retourner. Ce coup plastique coûte de cinq à dix francs, selon que l’on se contente de regarder ou que l’on consomme réellement. Le mari rentre à trois heures ; la Nana remet sa chemise et vaque aux soins du ménage, en femme honnête. Cette aimable industrie a procuré au marlou une maison et quelques rentes. Nous l’irons voir et je vous en donnerai une description détaillée.

On nous parle de Naples et d’une certaine via Capuana qui n’est qu’un bordel d’une lieue de long. Mais, n’anticipons pas sur les ordures, et gardons quelques porqueries pour la bonne bouche. Pardonnez-moi, chère Présidente, cette interminable lettre, et sachez-moi gré des efforts que j’ai faits pour ne pas blesser votre pudeur. J’espère, dans ces sujets