Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



NOTES.


(1) La Présidente. « Il y avait à cette époque, à Paris, une jeune, belle et aimable femme, qui était bien connue du monde des artistes, autant par le magnifique portrait que Ricard avait fait d’elle, que parce qu’elle passait pour avoir servi de modèle au statuaire Clésinger dans l’exécution de la belle statue d’où date sa réputation : « La femme piquée par un serpent. »

Madame S… demeurait rue Frochot, ne recevait que des artistes, et, chaque Dimanche, elle réunissait, autour de sa table, la plupart de mes amis. Th. Gautier, Flaubert, Bouilhet, Baudelaire, Rayer, le compositeur, Préault, le statuaire, Maxime Ducamp, Henry Monnier, étaient ses hôtes habituels. Comme, selon le dire de Gautier, « elle se montrait supérieure aux autres femmes, d’abord en ce qu’elle était mieux faite, ensuite, parce que, contrairement aux habitudes des personnes de son sexe, elle n’exigeait point qu’on lui fît la cour, et permettait aux hommes de parler devant elle des choses les plus sérieuses et les